Fernand Weber, mon père de scène

7.4.2015

En fin de compte, ce post aurait dû être le premier car ceci est « the beginning »
le commencement. J’ai commencé la magie à l’âge de douze ans en même temps je pratiquais le judo et le karaté, j’étais un fan incontesté de Bruce Lee, c’est vrai que les arts martiaux primaient pour moi.

Entre-temps, mon ami Patrick Beckrich, qui s’intéressait également à la magie avait découvert un magasin spécialisé dans lequel il avait acheté des tours de magie un peu plus impressionnants que ceux que moi je possédais issus de mes petites boîtes de magie. Cela me donna l'envie de reprendre et de m’y intéresser à nouveau, mais sérieusement.

À l’époque, il y avait déjà Mr Horneker, j’ai dû d’ailleurs dépenser tout mon argent chez lui et chez Mephisto. À ce moment-là,  j’ai aussi fait la rencontre, chez nous,  dans notre région, d'un magicien ventriloque : Fernand Weber. Il faut dire que les magiciens ne « couraient pas encore les rues"; c’était une vraie célébrité ici. Je l’avais vu travailler, à maintes reprises,  et je trouvais que cet homme avait beaucoup de classe, c’était trop fort, bref tout ce que j’aimais .

Un beau jour,  j’obtins  son numéro de téléphone, je l’appelai, je désirais le rencontrer.

Il me dit qu'il pouvait venir de suite .


Oh mince ! « Le » Fernand, deux heures après, était assis dans le salon chez mes parents et me dit «  montre-moi ce que tu sais faire ». Visiblement, ce n’était pas trop mauvais puisqu'il me dit: « bon, dimanche tu fais quoi ? car j’ai un spectacle pour toi, et tu gagnes 100 francs ».

 

Holà ! ok d’accord ! 100 Francs ! Oh punaise, une fortune pour un jeune de 16 ans, sachant que j’étais apprenti électromécanicien je réparais des machines à laver. Je me souviens, avec mes parents, direction magasin de vêtements pour m’acheter un beau costume.

Ma mère m’a cousu des liserés dorés sur les côtés pour que cela fasse plus « artiste de scène », et c’était parti direction spectacle… ce n’était que du bonheur ! 

 

Puis Fernand m’a pris sous son aile, m’a emmené au cercle de magie à Nancy, et m’a appris à être très classe sur scène. Fernand et Lee Pee Ville, que je voyais à la télévision de ce temps-là, étaient mes repères. Fernand était mon modèle, alors moi je n’ai rien trouvé de mieux, quand j'ai commencé à voler de mes propres ailes , que de copier son numéro de ventriloque et une partie de son spectacle de magie. Et forcément Fernand n’a pas apprécié qu’une copie de lui-même se promenait quelque part… Jeune et bête à l’époque, je n’en fis qu’à ma tête, ce qui nous a valu une brouille durant plusieurs années. Puis, je suis tombé malade je me suis retrouvé à  l’hôpital...

 

Un jour la porte de ma chambre s’ouvre et "mon" Fernand apparaît devant moi...

Quelle émotion !  Nous avons discuté de choses et d’autres, le temps avait passé  et moi j’avais grandi mûri , lui ne m'en voulait plus, et nous nous sommes retrouvés entre adultes.

 

Depuis, je considère Fernand comme mon père de scène ou même quelquefois  comme mon père tout simplement, il est pour moi « l'Exemple d'une vie", un artiste hors pair, je ne connais pas beaucoup d’artistes toujours et encore sur le "marché" et ceci depuis 40 ans sans avoir fait une seule pub, c'est le bouche-à-oreille qui le fait travailler et comme il dit " quand je fais un spectacle c’est moi qui fais la fermeture". Doté d’un contact « magique »  je n’ai jamais vu cela, on dirait qu’il a un aimant dans le corps, partout où qu’il aille les gens se retournent et viennent naturellement vers lui !

Aujourd’hui notre relation m’est très chère, de longues discussions, une confiance totale et une amitié extraordinaire. Je suis toujours bouche bée,  quand il me dit qu’il est fier de moi… mais n’est ce pas-là le summum d’une relation père-fils… que chaque père soit fier de son enfant, même si celui-ci n’est qu’un fils spirituel ?

 


Merci Fernand, j'espère que nous aurons encore beaucoup d'agréables moments ensemble et de nombreux repas à partager...
.

Please reload

Recent Posts
Please reload